Nous vous présentons quelques outils et méthodes qui vous aideront à mieux aborder la refonte de votre site internet.

A- Pour la période de réflexion

1) Google Analytics

Google Analytics permet de faire le point et d’avoir une vision globale de votre site en termes de volume de trafic, de fidélité des internautes, de recherches organiques, de taux de rebond, de nombre de pages par session, de pages les plus consultées, de mots-clés, etc. Ces différentes mesures permettront de vérifier la performance de votre site actuel, d’identifier les contenus les plus consultés et de comparer ensuite les performances du nouveau site avec la version précédente.

2) Tableau des points positifs et des axes d’amélioration

La méthode consiste à naviguer sur son site internet en se mettant à la place de l’internaute :

  • Relevez les bonnes pratiques en termes d’ergonomie et de navigation
  • Comparez ces points avec l’analyse du trafic
  • Listez les pages les plus consultées
  • Évaluez le fonctionnement des appels à cliquer (“call-to-action”).
  • Relevez les points qui méritent d’être améliorés, les pages qui devraient être mieux mises en avant ou les leviers de “conversion” (Call-to-action) à déplacer.

Intégrez ensuite les points d’amélioration identifiés dans le cahier des charges et la charte éditoriale du nouveau site.

3) Étude comparative

Visitez les sites d’autres organisations comme si vous étiez un simple internaute, relevez ce qui fonctionne, ce qui pourrait être intégré dans votre projet. Choisissez des structures qui ont des problématiques proches des vôtres et notez comment ils gèrent ces problématiques.
Par exemple : pour un site de paroisse, consultez des sites de mairies, d’associations locales dynamiques ou de clubs sportifs.
Ils pourront vous donner des idées en plus de la consultation d’autres sites paroissiaux.

Sur ces sites, analysez l’ergonomie, le graphisme et les couleurs utilisées.
C’est un bon moyen de se rendre compte des bonnes pratiques actuelles, et cela vous donnera des idées pour améliorer l’ergonomie et le contenu de votre futur site.

4) Méthode Smart

La méthode SMART facilite la définition des objectifs d’un projet.
Afin d’éviter que les objectifs d’amélioration du nouveau site ne soient trop vagues, cette méthode permet de vérifier que vos objectifs répondent aux critères “SMART, c’est à dire :

  • Spécifiques et Mesurables : Un objectif spécifique est en lien direct avec le projet à réaliser; il est personnalisé, voire exclusif. Un objectif mesurable est quantifié ou qualifié. De ce fait, il donne des informations factuelles et concrètes facilitant la prise de décision. Si nous prenons l’exemple de la refonte du site internet, l’objectif du nouveau site sera clairement énoncé, compréhensible de tous, le plus simple possible et chiffré.

Exemple : Augmenter le nombre de visiteurs mensuel de 5 % d’ici 6 mois
Obtenir 10 adhésions à la newsletter tous les mois

Ce qu’il ne faut pas faire : avoir un objectif vague

Exemple : Rendre le nouveau site agréable et dynamique

  • Atteignables et Réalistes : Un objectif atteignable doit être à votre portée, suffisamment ambitieux pour vous motiver et assez modeste pour que toutes les personnes ressources l’acceptent. Un objectif réaliste doit correspondre à ce qui peut être réalisé en fonction des impératifs et des contraintes diverses (ressources humaines, finance, technologie, qualité, délais…).

Exemple : Ecrire 5 articles  par semaine sur les activités de la Paroisse

Attirer 25 % de donateurs en plus pour le prochain trimestre

Ce qu’il ne faut pas faire : avoir un objectif inatteignable et irréaliste

Exemple : Ecrire 5 articles  par semaine sur les activités de la Paroisse. Si vous ou la personne qui s’en occupe n’avez qu’une heure à consacrer à cette tâche, vous allez doit dans le mur.

  • Temporels : Un objectif temporel est clairement délimité dans le temps, avec une date butoir, éventuellement assortie de dates intermédiaires clairement énoncées.
    Pour votre projet de refonte de site, fixez-vous des dates butoirs, avec de vraies échéances auxquelles vous pourrez juger les résultats.

Exemple : Mise en ligne du nouveau site au 31/12 de cette année

Ce qu’il ne faut pas faire : avoir un objectif sans fixer des jalons

Exemple : Mise en ligne du nouveau site au cours de cette année

En savoir plus sur la méthode SMART 

B- Pour la période de mise en place du site

1) Trello

Cet outil facilite la gestion de projets en équipe et à distance. Il est utile pour planifier et organiser absolument tout dans un projet.
Le principe est de créer un tableau, dans lequel seront disposées des colonnes. Par défaut Trello place les colonnes « Todo », « Doing » et « Done ». A vous de les renommer en fonction des différentes étapes de votre projet. Dans chaque colonne, vous pouvez glisser des cartes. Les cartes peuvent représenter un aspect du projet comme une tâche à effectuer. Chaque carte peut être assignée à un ou plusieurs membres de l’équipe. Les cartes sont ensuite faciles à déplacer dans les colonnes.

Par exemple, vous pouvez vous en servir pour réfléchir à l’organisation de vos contenus :

Ou pour gérer les actions à faire :

Créez un compte sur Trello.

2) Balsamiq Mockups

Balsamiq est un outil de maquettage qui permet de créer des designs graphiques d’interface utilisateur pour des applications desktop, web et mobiles. Cet outil vous permettra de travailler sur l’ergonomie du nouveau site en dehors de l’aspect graphisme qui viendra dans un deuxième temps.

Vidéo Tuto : créer un webdesign avec Balsamiq Mockup

Balsamiq existe en version poste de travail ou en application web. Il est possible de l’essayer gratuitement pendant 30 jours.

3) Tableau “Excel”

Dès que l’on dépasse une dizaine de pages, un tableau est indispensable pour gérer le transfert des contenus de l’ancien site vers le nouveau site.

Pour chaque contenu de l’ancien site, vous indiquerez s’il est :

  • à conserver
  • à modifier (réécrire)
  • à supprimer
  • à migrer dans l’état

Créez des colonne pour indiquer les rubriques du nouveau site, les remarques sur ces pages, les liens vers des contenus tiers (vidéos, liens vers des sites, etc..) , les personnes qui doivent écrire ou ré-écrire les contenus, celles qui devront les valider, et tout ce qui vous semblera pertinent d’indiquer sur les contenus.

Pour les contenus qui n’existaient pas dans l’ancien site, créez des lignes supplémentaires.

Créer une colonne pour l’url de la page sur l’ancien site et une colonne pour l’url de cette page sur le nouveau site (lorsqu’elle est créée). Cela vous permettra de naviguer facilement entre les deux sites lors de la période de migration du contenu  et vous permettra, si vous le souhaitez, de mettre en place des redirections des anciens contenus vers les nouveaux contenus.

Lire aussi :

Réussir la refonte de son site web : Les bases

Réussir la refonte de son site web en 8 étapes 

Dossier « Refonte d’un site internet » sur le site des Tisserands

 

 

Etre accompagné par 5 pains et 2 poissons   

27 octobre 2017